Logo CLADE Consulting vous accompagne dans votre reconversion professionnelle et votre épanouissement professionnel grâce au bilan de compétences, au coaching et à la formation management.
Femme en train de réaliser un bilan de compétences pour se reconvertir à 40 ans.

Nos 5 meilleurs conseils pour réussir votre reconversion professionnelle à 40 ans

À l’aube de vos quarante ans et après une vie professionnelle bien remplie, la question de la reconversion professionnelle se pose. Vous ne vous épanouissez plus dans votre emploi après une vingtaine d’années à l’exercer. Lorsque vous pensez à changer de métier, la peur et l’appréhension vous rattrapent. Un salaire fixe et un poste sûr vous permettent d’assurer l’avenir de vos enfants, le remboursement de vos prêts, ou encore, une épargne confortable. Mais le bien-être professionnel ne mérite-t-il pas une petite prise de risque ? Êtes-vous réellement prêt·e à partir travailler à reculons pendant 20 ans de plus ? Pour vous donner un coup de pouce, nous avons listé cinq conseils pour réussir votre reconversion professionnelle à 40 ans.

Prendre le temps de réfléchir à son projet

L’idée d’une reconversion professionnelle n’est pas venue dans votre esprit par hasard ! Pour chasser la peur et l’appréhension, nous vous recommandons de préparer et d’anticiper ce superbe projet.

Réaliser un bilan de compétences

Vous savez que votre métier actuel ne vous anime plus, mais vous n’avez pas concrètement d’idées sur votre futur job.

Après 20 ans dans la même boîte, vous avez forcément approfondi vos connaissances, acquis des compétences et peaufiné vos expériences. Mais comment faire le point ?

Le bilan de compétences reste le meilleur outil pour vous aider à prendre une décision. Il vous permet de prendre du recul pour déceler vos compétences et ainsi, assurer la suite plus sereinement.

Analyser vos motivations

Votre métier ne vous anime plus. Vous ne l’avez pas choisi ou de l’eau a coulé sous les ponts depuis vos débuts. Dans votre esprit, vous savez ce que vous ne voulez plus revivre. Journées à rallonge, manque de reconnaissance de la hiérarchie, peu de temps pour profiter de vos enfants… Qu’importe !

Faire le point sur vos attentes et vos désirs profonds vous guide vers votre nouvelle vie. Prenez du temps pour vous et réfléchissez à ces questions :

  • Quels sont les points positifs de votre métier actuel ?
  • Quels sont ceux que vous aimeriez conserver dans une autre profession ?
  • Quelles sont les choses que vous ne supportez plus et que vous ne voulez plus ?
  • Pour être pleinement épanoui·e dans votre métier, de quoi avez-vous besoin au quotidien ?
  • Que recherchez-vous en priorité dans votre nouvelle vie professionnelle ?

S’instruire sur le métier qui vous fait de l’œil

Sur Internet ou en librairie, les ressources à votre disposition ne manquent pas ! Des livres, des podcasts, des articles de blog, des formations en ligne, ou encore des vidéos, sont à votre portée pour vous former ou vous instruire. C’est une chance pour imaginer le projet de vos rêves et pour trouver quel métier choisir. Gratuitement ou avec un petit budget, vous pouvez facilement vous renseigner sur un domaine spécifique.

Tester votre idée

Entre le rêve et la réalité, un fossé peut se creuser. Pour éviter une erreur de parcours, nous vous conseillons de tester votre idée pour valider ou invalider votre choix. Pour ce faire, vous pouvez :

  • échanger avec des professionnels du domaine ou des personnes qui ont assisté à une formation spécifique ;
  • vous informer précisément sur le secteur ;
  • partir à la rencontre d’une entreprise ;
  • tester une formation gratuite.
Femme effectuant une reconversion professionnelle à 40 ans.

Chasser les croyances limitantes liées à la reconversion professionnelle à 40 ans

Face à la reconversion professionnelle, les mentalités évoluent. Il y a encore une dizaine d’années, les Français exerçaient le même métier durant plus de 40 ans. En 2022, 47 % des actifs sont en reconversion professionnelle ou envisagent de le faire. Des croyances limitantes peuvent bloquer certains projets. Voici une liste non exhaustive de toutes les idées à chasser de votre esprit.

« C’est impossible, je n’ai pas de coussin de sécurité »

L’argent est le nerf de la guerre, mais il existe plusieurs moyens de financer votre projet :

  • Le Compte Personnel de Formation (CPF) qui offre 500 euros par année travaillée et une grande liste de formations financées.
  • Le Plan de Développement des Compétences, présenté par l’employeur, qui donne la possibilité d’obtenir de nouvelles compétences au sein de son entreprise.
  • Le Projet de Transition Professionnelle qui permet aux salariés de suivre une formation certifiée en gardant son poste et sa rémunération.
  • Le Conseil en Évolution Professionnelle qui propose un accompagnement gratuit pour faire le point sur votre situation professionnelle.
  • Des aides pour les demandeurs d’emploi.

« C’est impossible, je ne veux pas repartir à zéro »

Se reconvertir ne signifie pas répartir à zéro. Durant vos années travaillées, vous avez acquis des compétences à identifier et à valoriser. Vous pouvez les utiliser dans un autre métier sans difficulté. L’expérience dans le monde du travail vous a fait gagner une maturité recherchée par les recruteurs.

Vous changez totalement de secteur ? Les ressources ne manquent plus à notre époque. Vous pouvez vous former en autodidacte dans un tas de domaines. Pour aller plus loin et bénéficier de certifications, les aides à la reconversion vous permettent de réaliser des formations. Plus d’excuses pour augmenter vos compétences et pour approfondir vos connaissances dans le secteur qui vous intéresse ! Vous ne partirez jamais de zéro.

« C’est impossible, je n’ai plus l’âge pour ça »

À 40 ans, il reste encore une vingtaine d’années à travailler. Êtes-vous réellement prêt·e à passer deux décennies dans une entreprise et un emploi qui ne vous rend pas heureux·euse ? Vos priorités ne sont-elles pas dans l’épanouissement personnel et professionnel ? Entamer une reconversion professionnelle demande des concessions. Mais pas celle de mettre votre vie personnelle entre parenthèses pour un métier qui ne vous anime plus. Il n’y a pas d’âge pour vous reconvertir si la charge mentale de votre travail devient insupportable. Continuer à vous rendre malade dans votre travail ? C’est non !

Sécuriser financièrement son projet

L’absence d’un salaire fixe ou le manque de ressources financières est la peur numéro 1 lorsqu’il s’agit d’envisager une reconversion professionnelle à 40 ans. Dans votre foyer, vous n’êtes peut-être pas seul·e et vous avez besoin d’assurer vos fins de mois. Alors, anticipons au plus tôt ce beau projet.

Si cette question d’argent vous paralyse, vous pouvez réaliser plusieurs actions pour préparer votre reconversion professionnelle :

  • faire le point sur votre situation financière actuelle ;
  • déceler les charges qui peuvent être diminuées ou évitées dans le quotidien ;
  • définir les charges qui n’existeront plus après votre reconversion ;
  • trouver un moyen de réaliser des économies (même les plus petites) ;
  • se renseigner sur les aides financières auxquels vous pouvez prétendre ;
  • étudier les dispositifs mis en place par le gouvernement.

Ces actions vous aident à vous projeter et à anticiper votre future vie. Faire le point vous encourage à regarder la suite avec davantage de sérénité. Qui sait ? Vous trouverez probablement une aide ou un dispositif auquel vous n’avez pas pensé pour soutenir votre projet.

Adopter un état d’esprit positif

Durant un parcours de reconversion professionnelle, les avis négatifs et pessimistes de vos proches seront inévitables. Si vos peurs s’en mêlent, il y a de quoi rebrousser chemin et mettre un terme à ce projet. Mais vous êtes la seule personne à ressentir profondément ce mal-être au travail. Vous êtes le seul maître de ce besoin vital de changement. Ne restez pas paralysé·e par vos peurs et celles de vos proches. Gardez à l’esprit les moments et les émotions positives que cette reconversion peut vous apporter. La peur et l’appréhension feront partie du voyage. L’essentiel est de les accepter et de ne pas les laisser vous neutraliser. Un bon état d’esprit est essentiel pour avancer avec motivation vers ce projet de reconversion professionnelle.

Préparer un plan d’action pour se reconvertir à 40 ans

Chaque projet se murit pour mettre toutes les chances de votre côté pour l’accomplir. Grâce à la projection et à l’anticipation, vous allez chasser la peur.

Vous pouvez débuter par un bilan de compétences ou une validation des acquis de l’expérience (VAE) pour faire le point sur votre vie personnelle et professionnelle. Par la suite, toutes les ressources à votre disposition pourront vous aider à étoffer vos idées sur votre reconversion idéale. Si votre esprit est encore brouillé, il existe des coachings pour vous accompagner dans cette prise de décision.

Et après ? C’est dans votre vie qu’il faut creuse :

  • Ai-je les ressources nécessaires (financières, professionnelles, matérielles, temporelles) pour me former à ce nouveau métier ?
  • Si ce n’est pas le cas, comment puis-je faire pour obtenir ces ressources ?
  • Comment puis-je changer et organiser mon quotidien pour mener à bien ce projet ?
  • Quelles aides vais-je pouvoir demander ?
  • Quels dispositifs vais-je utiliser ?
  • À quelle date ai-je envie de changer de vie ?

 

Entamer une reconversion professionnelle à 40 ans nécessite une réelle introspection sur soi. C’est un projet qui mérite d’être anticipé pour chasser rapidement vos peurs. Prenez le temps de réfléchir à vos attentes et vos désirs profonds sans vous laisser atteindre par des croyances limitantes. Il n’y a pas d’âge pour se reconvertir. Vous appréhendez le manque d’argent ? Sécurisez votre situation financière et travaillez votre état d’esprit pour changer de métier sereinement. Avec un plan d’action défini et des idées claires, vous serez guidé·e vers une nouvelle vie professionnelle épanouie. Et si vous rencontrez des difficultés à faire le point sur vos idées, Clade Consulting vous accompagne dans un bilan de compétences 100 % personnalisé.

Virginie BARAZER dirigeante de CLADE Consulting

CLADE Consulting

On vous accompagne à vous épanouir professionnellement et à trouver votre voie.

Laisser un commentaire